A VOIR à PERPIGNAN

 

Procession de la sanch.

Fondée en 1416, à l'instigation du dominicain Vicens Ferrer (saint Vincent Ferrier), la procession de la Sanch a survécu à six siècles d'histoire du Roussillon.
CROYANT et NON CROYANTS viennent  par millier voir passer ce
cortège impressionnant accompagné au son du tambour 

Cette manifestation religieuse, devenue un symbole de l'attachement des Catalans à leurs traditions, naquit à l'église Saint-Jacques de Perpignan, parmi les hortolans et les teixidors (les jardiniers et les tisserands) qui composaient deux confréries très implantées dans l'église paroissiale du Puig. Les confrères de la Sanch, pénitents et flagellants, se donnèrent comme mission essentielle ,  d'accompagner les condamnés à mort au gibet , ce qu'ils firent jusqu'au XIXe siècle ;  cette même procession que nous pouvons voir encore aujourd'hui parcourir les rues de la vieille ville au son de la cloche de fer, des roulements lugubres des tambours voilés de crèpe noir et des chants traditionnels catalans emplis de tristesse. .

Revêtus d'un sac de pénitence noir et d'une cagoule , les pénitents de la Sanch, les caparutxes, portaient sur leurs épaules des groupes statuaires, les misteris, représentant les mystères douloureux du Christ. A partir du XVIIIe s. les Vierges des Douleurs, reconnaissables à leurs robes noires, et à leur coeur d'argent traversé de glaives, intégrèrent également le cortège, ainsi que la Soledat (la Vierge seule au pied de la croix) et la Mater Dolorosa qui tient Jésus mort dans ses bras.